Tout savoir sur l’univers du Hentai

Fille hentai

Avant d’être un genre pornographique à part entière, décliné sur papier, en vidéo et sous forme de jeux, le hentai est un mot japonais. On peut le traduire de différentes façon, car il signifie en réalité la transformation, la métamorphose, mais aussi la perversion. C’est d’ailleurs cette dernière traduction qui est la plus utilisée en France (et en occident de manière générale). Et qui permet de désigner les mangas et vidéos animées pornographiques. Vous trouverez une définition officielle ici.

Le hentai est aujourd’hui connu pour proposer un contenu porno extrêmement varié, et dépeindre des comportements déviants comme des rapports sexuels non consenti (sadisme, viol, inceste), mais aussi avec des créatures magiques ou encore des animaux. Mais aussi une incroyable variété de sous-genre qui permettront de répondre à tous les fantasmes que vous pouvez imaginer. Découvrez toute la complexité et diversité de l’univers Hentai.

Des mangas, des vidéos et des jeux en ligne

En Occident, nous connaissons principalement le hentai sous la forme de dessins animés ou de manga à caractère pornographique. Les titres les plus connus sont notamment Angel of Darkness, Urotsukidoji ou Dragon Pink. Proposant des scènes à caractère sexuel souvent déviante (comme des rapports avec des monstres ou du sado), le hentai désigne tout contenu à connotation sexuelle de manière générale. On peut donc trouver des scènes plus tempérées et nettement moins explicites, ou encore à caractère comique.

Mais le hentai se décline également sous forme de jeux vidéos, que vous trouverez très facilement en ligne. Ils sont généralement regroupés sous la dénomination d’Eroge (pour Erotic games en anglais). Les plus connus sont par exemple Sakura Angel, ou encore Hunie Pop). En France, le genre des jeux vidéos hentai est le plus souvent associés aux visual novel. Soit un gameplay sous forme de récits dans lequel votre personnage fera face à différents scénarios érotiques. Le seul créateur français à ce jour s’appelle Y2G.

Les différents sous-genre du Hentai

Le hentai est particulièrement apprécié pour proposer des scénarios sexuels et répondre à des fantasmes extrêmement variés. Même si la grande majorité représente des rapports hétérosexuels, vous trouverez une énorme diversité de sous-genre du hentai. Comme le ladie’s comics, qui sont principalement dédiés aux femmes, ou le yaoi et yuri, pour les scénarios homosexuels masculins et féminins. Ils sont cependant assez rares au Japon.

Voici les principaux « tags » et sous-genre au Hentai.

Le yaoi

Ce sous-genre dédié aux rapports homosexuels masculins présente le plus souvent des hommes à l’apparence ambiguë. Vous pourrez y retrouver ce que l’on appelle au Japon des bishōnen (ou bels hommes), mais aussi des personnages plus virils (musclés et poilus).

Le bakunyuu

Ce tag permet de désigner les scènes avec des filles ayant une poitrine particulièrement généreuses. C’est un style très populaire et qui découle de la représentation traditionnelle des femmes dans les manga qui ont généralement des seins énormes. C’est donc ce côté démesuré qui surprend d’abord.

Le Lolicon

Dans ce sous-genre du hentai, les personnages féminins ont encore une fois une énorme poitrine. Sauf qu’elles sont ici mineures. C’est un style assez controversé qui tend dangereusement vers la pédophilie.

L’Omorashi

Ce dérivé de l’urophilie met l’accent sur des personnages ayant beaucoup de mal à maîtriser leur vessie. Généralement, le point culminant de ces hentai se concentre sur le moment durant lequel un jeune garçon ou une jeune fille ayant eu beaucoup de mal à se retenir se lâche en public et se retrouve avec une tache suspicieuse sur ses sous-vêtements.

Le netorare

Ce sous-genre du hentai propose des histoires qui tourne le plus souvent autour de la cocufication de l’un des personnage. Sauf que dans ce cas, elle est généralement forcée et vire donc presque au viol ou au sadomasochisme.

Le tentacle erotica

C’est un sous-genre particulièrement populaire, et assez traditionnel au Japon. On parle dans ce cas de rapports avec une bête monstrueuse, comme dans le classique « Demon Beast Invasion ». A l’origine, le tentacle erotica permettait de contourner la censure et le puritanisme nippon. On préférait donc voir de jolies jeunes filles coucher avec des créatures à tentacule que de représenter un pénis. Ce qui est assez contradictoire car ces scènes de hentai mettent très souvent en scène des scénarios de viols.

Le shotacon

C’est la variante pour les jeunes garçons du lolicon. Attention car le shotacon est strictement interdit en France. Mais au Japon, on n’a aucun problèmes à représenter des scènes avec des garçons mineurs, tant que cela reste dans le domaine de la fiction.

Le futanari

Pour ce dernier tag de hentai, nous voulions vous parler de ces scènes représentant des personnages hermaphrodites. Les scénarios sont donc souvent les mêmes : une jeune fille qui a bien profité des plaisirs de la chair se retrouve comme par magie dotée d’un énorme sexe. Et par à la découverte de son nouvel organe sexuel pour coucher avec le plus de partenaire possible.

Où trouver du hentai ?

En France, le hentai est très populaire. Il est donc très facile de trouver des manga en librairie, ou des vidéos et jeux hentai en ligne. C’est d’ailleurs principalement sur Internet que ce genre légèrement déviant a pris toute son ampleur. Et c’est sur ces plateformes virtuelles que vous trouverez une plus grande diversité dans la forme et le contenu proposé.

Les sites de hentai se présente généralement comme les principaux tube pornographiques classiques. Vous pourrez choisir ce que vous souhaitez voir en sélectionnant des tags. Mais aussi regarder une série de manga ou vous concentrer sur un auteur en particulier.

Les plus populaires sont notamment :

  • Ahegao : le personnage a un orgasme si fort que ses yeux sont légèrement exorbité et sa langue pendante.
  • Le kemonomimi : vous verrez un personnage masculin ou féminin avec les attributs d’un animal (comme une queue ou des oreilles de chat).
  • Le Paizuri : c’est la traduction japonaise de branlette espagnole (masturber un pénis entre deux seins).
  • Le Shimapan : un style uniquement dédié aux culottes rayées.

La grande majorité des sites de Hentai sont en langue anglaise. La plateforme légale la plus connue est Fakku, qui propose une grande diversité d’histoire, toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Pourquoi cet univers est-il si populaire ?

Si on peut trouver étonnant, à une époque où le contenu pornographique est de plus en plus accessible et explicite, de consommer du porno sur papier ou sous la forme de vidéos animées, le hentai est de plus en plus populaire au Japon et à l’étranger.

En effet, cette forme donne une liberté de création et d’invention incroyable à ses créateurs, mais aussi à ses fans. Dans le hentai, on peut faire se rencontrer des personnages d’univers différents, bien réels ou complètement fantasmés. Et proposer des pratiques à la limite de la réalité ou carrément fantastiques. Il n’y a donc aucune limite dans ce que l’on peut créer, et regarder.

Que vous les consommiez sous format papier, en vidéos (dans des séries qui n’ont rien à envier aux mangas les plus réputés) ou de manière plus interactives via les différents jeux partagés en ligne, le hentai permet donc de répondre à tous les fantasmes. Et même d’en inventer de nouveaux. A vous de choisir le tag qui vous correspond le plus et de partir à la découverte de terrains érotiques jusqu’alors inconnus.

Envie de réagir ? Donne ton avis juste en dessous !

      Laisser un commentaire

      dix-huit − 6 =